Réouverture des frontières: sécuriser, rassurer pour avancer

Tels sont les maître-mots à retenir de la conférence commune donnée cet après-midi par le président du Pays, Edouard Fritch, et le haut-commissaire, Dominique Sorain, concernant la reprise des vols internationaux à compter du 15 juillet.

Nouvelle étape, nouvelle logique! Mais la rigueur dans la poursuite des gestes barrières, comme meilleur moyen de lutter contre la propagation du covid-19, doit prévaloir en toutes circonstances.

Toujours est-il que l’arrivée des premiers touristes dans les jours qui viennent fait l’objet d’un « dispositif exigeant » afin de « tracer, dépister et isoler » celles et ceux qui nous feront l’honneur de venir dans nos îles.

A ce titre, « nous sommes équipés pour protéger au mieux notre population », a réaffirmé le chef de l’exécutif local en introduction. Outre les 200 chambres d’hospitalisation disponibles au CHPf, Edouard Fritch a indiqué que « 4 millions de masques aux normes civiles » sont attendues prochainement au fenua, ainsi qu’un autre lot de « tests salivaires ».

Comme pour mieux rassurer ses compatriotes, Edouard Fritch a également précisé que « notre chance, c’est d’avoir une seule porte d’entrée en Polynésie », à savoir l’aéroport international de Tahiti-Faa’a. Là où seront postées toutes les personnes en charge d’assurer le strict respect du protocole sanitaire et la conformité des documents demandés aux visiteurs pour toute entrée sur le sol polynésien. Pour exemple, il sera également remis à tout entrant un kit d’auto-prélèvement qui vient s’ajouter au dépistage obligatoire effectué 72 heures avant l’embarquement au départ.

Une fois toutes ces mesures appliquées, le président du Pays n’a pas caché que sa deuxième préoccupation, c’était la reprise économique, et notamment de l’industrie touristique, afin d’éviter un chômage massif. « C’est ma hantise! » a t-il déclaré.

Dans cette perspective, la plupart des compagnies aériennes internationales (ATN, Air France, French bee) renouent avec un début d’activité. Quand bien même, il ne faut pas se leurrer: il s’agit là d’une reprise à « petite échelle » ! C’est pourquoi d’ailleurs plusieurs grands hôtels tardent à réouvrir comme le Méridien Tahiti de Punaauia et d’autres…

Si l’axe Papeete-Paris via Vancouver est aujourd’hui opérationnelle, en revanche, la desserte de Los Angeles et la venue des nord-américains en tant que premier marché émetteur, posent problème. Sur ce point, le haut-commissaire a indiqué qu’une demande d’exemption était bien en cours d’instruction à Paris pour autoriser cette clientèle à séjourner dans nos îles. Cette autorisation est la condition sine qua non pour que ATN puisse de nouveau opérer des vols « secs » Papeete-Los Angeles à compter de la mi-juillet.

 5 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :