2 juillet 2022

Tuerie de Buffalo: le résultat de la théorie du « grand remplacement »

Joe Biden va dénoncer ce mardi à Buffalo le racisme qui a coûté la vie à dix personnes afro-américaines samedi dernier. Une tuerie de masse raciste de plus, et toujours la même inspiration: la théorie du « grand remplacement », née en France en 2010.

Le message est on ne peut plus clair: « Ne nous méprenons pas : c’est un sujet dangereux. La « théorie du grand remplacement » est un trope suprématiste blanc classique (…). C’est une notion qui a alimenté les chants haineux de « Les Juifs ne nous remplaceront pas ! » à Charlottesville en 2017. Et qui a allumé la mèche de crimes haineux explosifs, notamment les tueries de masse motivées par la haine à Pittsburgh, Poway et El Paso, ainsi qu’à Christchurch en Nouvelle-Zélande. » Nous sommes le 9 avril 2021 et Jonathan Greenblatt, président de l’Anti-Defamation League, écrit à la PDG de Fox News, Susanne Scott, lui demandant de virer l’animateur Tucker Carlson. Son crime ? Avoir défendu, dans son show du soir qui assure à la chaîne sa plus grosse audience, la théorie du grand remplacement.

De nombreux Français , et pour cause : son auteur, Renaud Camus, est français. Il a introduit en 2010 cette idée d’un « remplacement » de la population blanche française et européenne par une population de couleur issue de l’immigration, un « changement de civilisation » qui serait soutenu, voire organisé par une élite politique, intellectuelle et médiatique « remplaciste » qui maintiendrait à ce sujet une conspiration du silence.

Aux États-Unis et ailleurs, cette théorie inspire depuis longtemps l’extrême-droite la plus violente, sur fond d’antisémitisme virulent à l’adresse de l’ »élite » soupçonnée d’agir dans l’ombre. Le fantasme d’un « grand remplacement » et d’une civilisation occidentale en danger ont directement inspiré les tueurs en série de Norvège en 2011 (77 morts), de Nouvelle-Zélande en 2019 (51 morts), et, bien sûr, des États-Unis, notamment à Charleston en 2015 (9 morts) et El Paso en 2019 (23 morts). Et samedi dernier, le 14 mai, le tueur en série de Buffalo, a cité la théorie pour justifier son acte, dans un manifeste : il y évoque un « remplacement racial », un « génocide blanc », se lamente de voir les hommes européens se laisser « remplacer ethniquement » et enjoint les non-Blancs d[…]
source: Yahoo actualités

 396 visiteurs total,  6 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :