Elevage de crevettes bleues: le savoir-faire de l’Ifremer cédé à la Polynésie

Le vice-président de la Polynésie française, ministre en charge de l’économie bleue, Teva Rohfritsch a reçu, mardi matin, le président directeur général de l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (IFREMER), François Houllier, qui est actuellement en mission dans les pays et territoires du Pacifique.

C’est à Vairao, dans les années 1970, que les travaux de l’IFREMER ont commencé sur la crevetticulture. Depuis, les domaines de recherche se sont diversifiés, notamment sur les écosystèmes coralliens, l’aquaculture ou encore l’huître perlière.

En Polynésie française, son activité est concentrée à 80 % sur la recherche en soutien à la filière perlicole dans l’objectif constant d’améliorer la qualité des perles, en partenariat avec le Pays qui cofinance les travaux.

Historiquement réalisé par l’IFREMER, l’élevage de crevettes bleues est aujourd’hui géré de manière autonome par le Pays. La souche de crevettes produite par l’IFREMER a été transférée au centre de production Vaia en 2015, en charge du maintien du groupe de géniteurs et de la fourniture de jeunes crevettes aux fermes locales.

C’est dans ce contexte que l’IFREMER cède aujourd’hui tous les droits et le savoir-faire relatif aux travaux réalisés depuis plus de quarante ans sur la souche de crevettes bleues (Litopenaeus stylirostris) à la Polynésie française, au franc symbolique.

Communiqué du gouvernement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *