Inflation, guerre en Ukraine…: 10 milliards Fcfp à trouver

Face au phénomène mondial de flambée des prix, le gouvernement d’Edouard Fritch ne baisse pas les bras et dévoile un certain nombre de mesures correctives dont le coût pour la collectivité polynésienne devrait avoisiner les 10 milliards de Fcfp.

C’est l’annonce faite ce jour par le vice-président, Jean-Christophe Bouissou et le ministre des Finances, Yvonnic Raffin. Un montant conséquent qui prend en compte les exonérations proposées et les dépenses supplémentaires que le Pays s’apprête à mettre en oeuvre pour soutenir les ménages et leur pouvoir d’achat.

Ici, on ne parle pas de « TVA sociale » et du 1% versé au budget de la CPS pour financer le système de la Protection sociale généralisée. Mais plutôt d’inflation importée du fait principalement du déclenchement de la guerre en Ukraine, pays considéré comme le Grenier du monde, et des tensions internationales qui opposent désormais la Russie au reste du monde.

Carburants, bois de construction, farine sont les principaux articles qui font l’objet d’un coup de pouce supplémentaire.

Sur les carburants, est-il besoin de rappeler ici que le gouvernement s’est engagé à ne pas augmenter les prix à la pompe alors que le baril de pétrole se maintient globalement au dessus de 100 dollars contre 60 dollars il y a six mois encore. Rien que sur ce produit, la dépense générée au niveau du FRPH (Fonds de régulation des prix des hydrocarbures) est estimée à 7 milliards de Fcfp d’ici au mois de juin. Sur le bois de construction, la baisse de recettes, consécutive à une exonération, devrait avoisiner 580 millions de Fcfp. Pour la farine enfin, le soutien du Pays devrait doubler passant de 500 millions à 1 milliard de Fcfp.

Le ministre des Finances, Yvonnic Raffin, a également présenté la réforme en cours visant à un élargissement de la liste des PPN (Produits de première nécessité) qui, rappelons-le, sont dépourvus de toute fiscalité. Cet élargissement devrait surtout bénéficier aux îles autres que Tahiti et Moorea, étant entendu que le fret des PPN est assuré par la collectivité. Ce surcoût est estimé à 800 millions de Fcfp.

Enfin, comme il l’avait annoncé lors de la mise en place de la TVA sociale, une baisse des charges sociales pour les salariés devrait être actée dés cette année. Une manière supplémentaire de rendre du pouvoir d’achat et d’inciter les patrons à embaucher.

 

 463 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :