Commerce extérieur: cruel déséquilibre et dure réalité !

D’un côté plus de 200 milliard Fcfp de produits divers importés, de l’autre un peu plus de 9 milliards de produits locaux exportés à l’étranger…nous sommes encore loin de l’auto-suffisance.

Le constat n’est pas nouveau pour les économistes mais il tend à s’aggraver. Car, autant le dire tout de suite: la crise sanitaire n’a pas altéré, loin s’en faut, la boulimie des Polynésiens pour tendre vers une société de consommation moderne et surtout, abondante.

Les Souverainistes ont tendance à dire qu’un Pays qui se respecte doit d’abord pouvoir nourrir sa population. Nous en sommes loin…malgré tous les efforts – humains et budgétaires – déployés par le ministre en charge du secteur Primaire, Tearii Alpha.

Sur les 200 milliards 530 millions Fcfp de produits acheminés de l’extérieur, près de 95 milliards sont allés principalement à destination des ménages dont 42 milliards sont composés de produits des industries agroalimentaires (IAA). Aussi, commençons déjà par produire nos propres tomates, pommes de terre, oignons etc…et ce sera pas mal.

Parallèlement, le fenua dispose fort heureusement de quelques « ressources » dites « exotiques » qui intéressent les marchés étrangers. Au premier rang desquels, les produits perliers pour près de 5 milliards en 2021. En seconde position, on trouve l’export de poissons et crustacés pour 1 milliard 786 millions de Fcfp contre 854 millions en 2020. Quant à la vente de vanille, elle n’a représente que 555 millions en 2021 contre 665 en…2018.

 796 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :